Audit de référencement

Avec plus de 30 000 milliards de pages indexées par Google d’après des chiffres datant de 2017, Internet fait figure de gigantesque jungle où il devient chaque jour plus difficile de se démarquer pour promouvoir son site. L’aide d’un professionnel est désormais quasiment obligatoire lors de la création d’un site, afin d’éviter les écueils qui rendraient ce dernier invisible aux yeux du public visé.

Toutefois, même en respectant les bases du référencement, un site web va peu à peu perdre de sa visibilité, freiné par une multitude d’éléments qui relèvent soit de son architecture soit de son contenu. Un audit de référencement, également appelé audit SEO, est donc la solution toute trouvée pour faire un point de situation du domaine, sur son efficience, ainsi que pour lister les différents changements à apporter dans le but d’obtenir un meilleur référencement naturel.

Les différentes étapes d’un audit de référencement

Comme n’importe quel audit réalisé, l’audit de référencement est composé de deux parties distinctes. La première comporte l’étude approfondie du site web permettant de révéler les éléments qui contreviennent à sa bonne santé, c’est à dire à son bon positionnement sur les moteurs de recherche, Google en tête. La deuxième partie d’un audit SEO consiste en la proposition de solutions permettant de remédier aux limites rencontrées.

L’analyse du site comprend certaines actions incontournables. Souvent, elles sont séparées en deux parties : tout ce qui relève du on-site, c’est à dire le site en lui-même, le contenu qu’il comporte et sa partie technique et tout ce qui relève du off-site, c’est à dire son positionnement dans son environnement. Seule la combinaison de ces deux approches permet un audit de référencement efficace.

Au titre de l’étude on-site, les données étudiées sont nombreuses :

– L’architecture du site : il s’agit de voir comment le site est constitué techniquement, si des éléments ne viennent pas perturber son utilisation ou sa lecture par les robots de référencement. Par exemple, le taux de crawl, c’est à dire la capacité pour les moteurs de recherche de collecter les pages et donc de les indexer, est-il assez élevé pour ne pas que le site soit mis de côté par les bots ? Le nom du domaine est-il pertinent ? Les fichiers robots.txt et sitemap.xml, qui fournissent des informations sur les règles d’indexation et les urls internes du site aux moteurs de recherche ne possèdent-ils pas d’erreurs ? A ces différentes questions viendront s’ajouter la recherches d’autres éléments limitant la visibilité du site, tel que d’éventuelles lenteurs et le respect du responsive design, c’est à dire sa consultation facilitée sur différents supports (ordinateur, tablettes, mobiles).

Les titres, balises et mots clés : la seconde partie de l’étude on-site sera dédiée à l’architecture des pages, c’est à dire le respect des règles des moteurs de recherche quant aux formats utilisés dans les titres et sous-titres, les balises utilisées à chaque fois, le respect des règles élémentaires dans le choix du nom des urls, ou encore la concordance entre les mots clés présents sur les pages du site avec ceux tapés par les utilisateurs dans leur moteur de recherche.

L’analyse du contenu : enfin, l’étude du contenu du site est extrêmement important, car les moteurs de recherche pénalisent les pages qui ne respectent pas certains critères : l’originalité du contenu qui ne doit pas être dupliqué, l’intérêt et la fraicheur des informations présentes. Il ne suffit pas de posséder de bons mots clés pour être bien indexé.

Au titre de l’étude off-site, c’est l’environnement du site qui est au centre de l’étude. En effet, Internet est un maillage dans lequel un site ne peut pas survivre sans être au cœur d’un réseau. Plus le réseau dans lequel il s’insère est important et qualitatif, plus il sera repris par les moteurs de recherche. Ici, l’audit permettra de vérifier le bon positionnement sur plusieurs points :

Le netlinking, c’est à dire le nombre de liens présent sur la toile et renvoyant vers le site web, signe de sa présence dans un réseau, l’intérêt pour le site reflété dans les réseaux sociaux, l’existence de commentaires intéressants sur son site sur des blogs spécialisés et des sites de référence.

En plus de l’étude on-site et off-site du site, l’audit compare ce dernier à ses principaux concurrents, afin de rendre un avis global sur la base d’un secteur prédéterminé.

L’intérêt de l’audit de référencement

Ainsi, les préconisations faites dans le cadre de l’audit auront pour objectif d’apporter des réponses à certaines difficultés rencontrées par ce dernier. Mais pas seulement ! Il ne faut pas croire qu’un audit n’est utile que pour les sites en manque de croissance. En réalité, n’importe quel site, aussi bien conçu à sa création, ne pourra fonctionner éternellement de la même manière. Les usages des consommateurs évoluent, provoquant ainsi une évolution des propositions faites par les moteurs de recherche. Les bots qui indexent les pages web quotidiennement sont modifiés constamment par les moteurs de recherche afin de répondre au mieux à l’évolution des pratiques. Ainsi, n’importe quel site doit évoluer régulièrement en conséquence. L’audit de référencement offrira donc les outils pour être présent au plus haut des résultats des moteurs de recherche.

Si un audit de référencement est souvent comparé à un contrôle technique automobile, la réponse apportée ne sera pas celle du garagiste. Il ne s’agit pas de remplacer des freins usés par les mêmes freins neufs. Il s’agit de remplacer des éléments usés par d’autres éléments, différents, novateurs, et plus en phase avec les attentes du moment. L’audit permet donc d’apporter des connaissances nouvelles et de faire évoluer l’architecture, le contenu ou le réseau d’un site pour poursuivre sa croissance ou prévenir sa décroissance.